Groupement des AEMO et pratiques éducatives en milieu ouvert de Suisse latine

AEMO Neuchâtel

 

La Fondation Carrefour fait partie du dispositif de protection de l’enfance et de la jeunesse du Canton de Neuchâtel.

 

L’AEMO est un service spécialisé dans l’accompagnement éducatif ambulatoire. Cet accompagnement est individualisé et se construit au rythme de la famille, en fonction de ses besoins.

POUR QUI

Les parents et leurs enfants (0-18) rencontrant des difficultés éducatives, relationnelles et / ou sociales.

OBJECTIFS

Identifier et comprendre les besoins de l’enfant et de l’adolescent pour favoriser son développement physique, psychique, affectif et social. Renforcer les compétences éducatives des parents. Soutenir la création des liens « parents-enfants ». Chercher des solutions aux difficultés du quotidien. Favoriser les liens sociaux.

MOYENS

Rencontres régulières au domicile, à l’AEMO, à l’extérieur. Espace de parole pour le parent, l’enfant et l’adolescent. Collaboration avec différents partenaires. Accompagnement limité dans le temps.

COÛT

Le service ne demande aucune participation financière. Le service est financé par l’Etat de Neuchâtel et collabore étroitement avec l’Office de la Protection de l’Enfant. Un engagement personnel est indispensable à cette démarche.

 

ASAEF Action et Soutien Ambulatoire à l’Enfant et sa Famille.

POUR QUI

Intervention individualisée visant au maintien de l’enfant (0-18 ans) dans son milieu naturel avec le soutien d’une équipe pluridisciplinaire.

SA MISSION

Action auprès des parents visant à soutenir, aider le(s) parent(s) dans les pratiques éducatives qu’il(s) effectue(nt) afin de lui(leur) permettre(nt) de surmonter un événement majeur ou une situation de crise mettant en péril le bon développement de l’enfant. Action auprès de l’enfant pour lui permettre de mieux appréhender le monde qui l’entoure, ses exigences, ses soutiens et ses opportunités. Intervention massive dans le contexte socio-économique de la famille mais aussi dans son système de valeurs et son fonctionnement. Augmenter les compétences parentales à l’éducation de son enfant par l’apprentissage de comportements, techniques et fonctionnements nécessaire afin de répondre aux besoins de l’enfant.

OBJECTIFS

Permettre à l’enfant de pouvoir poursuivre son développement dans les meilleures conditions. Étayer le parent dans la pratique de sa parentalité. Permettre aux différents membres de la famille de mobiliser leurs ressources et leurs compétences ainsi que celles de leur environnement. Accompagner le parent à la recherche de solutions éducatives adéquates et adaptées à son enfant et ses besoins. Pouvoir surmonter la situation de crise dans le but de retrouver un équilibre familial.

 

LA BATOUDE

La Batoude offre une opportunité à des jeunes qui souhaitent donner un nouvel élan à leur vie en bénéficiant de cette innovante prestation cantonale. Basé sur le modèle d’ADOC au Tessin    

POUR QUI

La Batoude s’adresse à des jeunes de 16 à 18 ans et + qui, pour différents motifs (souffrance, précarité, comportements à risque, etc…), ne peuvent plus vivre ni dans leur propre cellule familiale nucléaire ni dans une structure éducative résidentielle.

SA MISSION

La Batoude accompagne le/la jeune et sa famille dans les premières démarches en vue du processus d’autonomisation du/de la jeune selon son projet de vie. La Batoude concrétise la phase d’autonomisation en mettant à disposition du/de la jeune un appartement, cherché ensemble, au début de l’accompagnement en fonction de son projet de vie. La Batoude met à disposition un temps dédié à la création de la relation de confiance, significative et sincère, indispensable à la mise en route de tout projet.

MOYENS

Les instruments fondamentaux utilisés dans la relation sont le respect, le temps relationnel, l’écoute, le non jugement et la transparence. L’éducateur/trice sert de médiateur/trice et de stimula-teur/trice au changement. La Batoude se pose comme centre d’expérimentation pour favoriser les vécus significatifs qui peuvent créer des lueurs d’espoir et ouvrir d’autres portes. Cela a pour but de faire émerger et valoriser les compétences, les ressources et les capacités personnelles du/de la jeune. De plus, en fonction des situations, l’atelier «IF», pourra être sollicité par le/la jeune pour faire des travaux dans son appartement et/ou pour travailler sur des projets/chantiers professionnels.

RÈGLES

La Batoude ne prévoit pas de règles particulières sinon celles liées à la gestion de l’appartement et à la relation avec les éducateurs. Le jeune se confronte directement aux règles de la société et aux lois. Le/la jeune bénéficiera d’un accompagnement en moyenne de 8 heures par semaine par un couple éducatif. Celui-ci, ainsi qu’un service de piquet, garantira l’activation de cette prestation de proximité y compris pendant les jours fériés et les weekends.

Les jeunes sont au centre et jouent un rôle actif dans leur parcours à La Batoude.

 

SERVICE D’ÉDUCATION DE RUE (SER)

Une équipe éducative disponible et à l’écoute des jeunes de 10 à 25 ans, ainsi que de leur milieu naturel (famille, pairs, école, etc…).

SA MISSION

Actuellement, le SER définit son action par la prévention de « situations de rupture sociale en accompagnant et soutenant les jeunes concernés par les échecs scolaires et sociaux, l’exclusion et la marginalisation ».

SES OUTILS

Une présence dans les quartiers du Locle et de la Chaux-de-Fonds, par l’intermédiaire d'un bus qui sillonne le haut du canton, dans les cours d’école, les gares, les manifestations, etc. Des éducateur-trice-s à la rencontre des jeunes, dans les lieux publics, les supermarchés, les bistrots, les lieux festifs, etc… Des permanences proches et accessibles, dans chaque quartier. Un travail sans mandat ni contrainte pour le jeune, respectant la libre adhésion et la libre participation. Une approche pluridisciplinaire et exigeante, respectant la charte des Travailleurs Sociaux Hors Murs (TSHM) romands.

SON TRAVAIL

Il offre une action souple et sur mesure, à l’écoute des situations humaines et sociales complexes. Par une présence régulière, un accueil et une écoute discrète, sans tabou ni jugement, les éducateurs tissent des liens de confiance avec les jeunes. Ce sont ces liens qui, petit à petit, permettent aux jeunes d’exister, d’être pris en compte, d’essayer de prendre en main leur vie et de se projeter dans l’avenir avec plus de confiance. Au fur et à mesure des événements de la vie, l’éducateur, comme un médiateur, aide le jeune à (re)construire des liens avec le monde. Le service propose une action préventive généraliste, qui peut passer par un accompagnement vers d’autres services (OCOSP, CNPea, AEMO, OPE, etc.)

Parfois, pour répondre à des besoins particuliers, le Service peut accompagner l’émergence de projets. Le service intervient ponctuellement dans des écoles (écoles sociales, de police) sur des thématiques spécifiques à son travail.

Le Café Bla Bla est un café social qui se situe au sein d'un quartier populaire de la Chaux-de-Fonds. Il s’inscrit dans une perspective de ressource supplémentaire dont se dote le Service d’Education de Rue, afin de renforcer la cohésion sociale dans le quartier. Ce café a ouvert ses portes le 14 mai 2018 et est financé par des fonds privés. Il accueille une population extrêmement variée avec un noyau de clients réguliers qui y viennent quotidiennement. En effet, ce lieu se décline en une zone de rencontre intergénérationnelle et multiculturelle qui permet aux habitants de rencontrer de nouvelles personnes et générer de nouvelles ressources. En plus d’un lieu de rencontre, le café vise également à permettre aux habitants du quartier de venir parler de leurs éventuelles difficultés dans un cadre bienveillant et non-jugeant. Il permet également certaines personnes de sortir d’une forme d’isolement social, en favorisant la création de liens entre les habitants. En effet, au fil du temps, le Bla Bla est de plus en plus « habité » et investi par les gens du quartier, c’est-à-dire qu’ils se sont appropriés un bout ce lieu, qu’ils ont de plus en plus le sentiment d’être sur un territoire qui leur est commun. Cet espace est tenu par une coordinatrice qui, trois fois par semaine, est

accompagnée par un éducateur-trice qui analyse les différentes demandes des jeunes de 10 à 25 ans et tente de mettre en place un accompagnement. Toutes sortes de boissons sont proposées et il y a également la possibilité de manger des petits encas sur place à de bas prix.